La Croix : Le niveau de vigilance Vigipirate a été abaissé début mars, passant d’« urgence attentat » à « risque attentat ». La menace terroriste est-elle moins importante aujourd’hui ?

i Pourquoi lire La Croix ?
La Croix met en lumière la dimension spirituelle des hommes et des événements.
+

Anne-Clémentine Larroque : Nous sommes dans un moment moins médiatique et moins spectaculaire pour la population française. Mais pour les services de renseignement, la menace endogène - un risque venant de l’intérieur du territoire -, reste très forte. Mi-mars par exemple, deux jeunes radicalisés de 17 et 18 ans ont été interpellés et mis en examen car ils étaient soupçonnés de vouloir commettre des attaques terroristes sur le sol français.

La menace exogène doit aussi être regardée avec beaucoup de vigilance. Elle est en train de se reconfigurer. On disait en mars 2019 que l’État islamique n’était plus. En réalité, il continue d’exister sous d’autres formes. Il y a des attaques quotidiennes en Irak, des progressions dans le Caucase ou en Asie du Sud-Est… L’EI dans le Grand Sahara et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, lié à Al Qaida) progressent également en Afrique subsaharienne. Actuellement, l’EI n’est plus en capacité d’organiser des commandos. Il se trouve dans une période de latence, mais il gagne d’autres terrains que l’on regarde moins.

Newsletters La Croix i Edition Sciences & Ethique

Chaque mardi, l'analyse éthique des enjeux scientifiques