Aveuglés par un antiracisme de brocante, quand nos médias progressistes ne leur attribuent pas le terme condescendant de “racisées”, ils partent chaque jour à la recherche de victimes à mettre en avant. Avec Pépita, la clique de “Quotidien” sur TMC a toutefois réalisé un gros raté. La vedette du petit écran n’a pas accepté de se voir instrumentalisée. « Humiliée et salie », elle a révélé ne pas en avoir dormi pendant deux jours. Retour sur les images de “Pyramide” de 1995, avec les analyses de Nesrine Briki et Célina Barahona.

Il ne faudrait jamais jauger hier à l’aune d’une lecture ancrée dans la morale d’aujourd’hui. Malheureusement, c’est un procédé bien rodé de la « cancel culture ». Il s’agit d’explorer fébrilement le passé, à la recherche de l’image ou de la scène qui indignera le plus la sensibilité progressiste.

Diffusée par TMC mardi soir, une vidéo de quelques secondes déterre des extraits de l’émission Pyramide. Les séquences choisies et le montage proposé sont orientés de sorte que Pépita, l’une des animatrices, apparaisse en potiche opprimée. Si les images provoquent un premier tollé et une indignation collective (l’émission enregistrée au milieu des années 90 montrerait d’affreux racistes), c’est la réaction de la principale concernée qui lui vaut à présent des tombereaux d’insultes.

 

Comprendre le Pépitagate

Si l’on vous dit Pépita, Néfertiti, Égypte, midi ou France 2, vous répondrez probablement Pyramide. Le nom de ce jeu télévisé devrait forcément vous évoquer quelque chose. Et pour cause, animé par Patrice Laffont et Pépita, ce jeu aux règles obscures avait occupé la tranche horaire méridionale de la deuxième chaine plus d’une décennie durant. Avec des parts de marché atteignant 25% dans ses meilleurs saisons, Pyramide fut très populaire entre 1991 et 2003. Le succès de l’émission reposait en grande partie sur l’esprit bon enfant qui y régnait, les vannes et plaisanteries n’étaient pas toujours très fines, mais cela restait un programme de divertissement, non un colloque culturel.

A lire aussi: Alain Finkielkraut : « le réalisme avide d’Éric Zemmour me met mal à l’aise »

Les personnalités des présentateurs et des intervenants avaient aussi largement contribué à la popularité du programme, notamment celle de Pépita, la pétillante animatrice qui assistait Patrice Laffont. Une recette efficace puisque le jeu fut récompensé de deux 7 d’or, en 1996 et en 1999. Depuis quelques jours, ce jeu mythique revient au devant de l’agora médiatique ; Canap 95, une émission présentée par Etienne Carbonnier sur TMC, a récemment diffusé des extraits qui ont provoqué un sacré potin. Sur les milliers d’heures d’émission Pyramide, les images sélectionnées pour la séquence retenue étaient aiguillées de manière à faire passer Pépita pour une victime d’actes « racistes et misogynes. » On y voit Patrice Laffont oser lui demander d’aller distribuer les boites aux candidats en l’appelant « ma petite chérie », avant de l’inviter à s’asseoir à côté d’un gros lourdaud à l’œil torve, qui semble insister pour qu’elle s’exécute… Ces extraits étaient accompagnés de commentaires bien comme il faut, tels que « en fait, Pépita devait subir ces réflexions à chaque émission et à l’époque ça ne choquait personne. »